Coordonnées

Actualités

Toutes les actualités

Dentisterie

Les chevaux sont des herbivores et ont une dentition adaptée à leur régime alimentaire.

Les incisives sont faites pour couper l’herbe et les molaires sont faites pour broyer les fibres.

Une dentition complète est composée de 12 incisives (6 inférieures et 6 supérieures), de 4 canines (inconstantes chez la jument), de 12 à 14 prémolaires et de 12 molaires.

Comme l’homme, les chevaux ont deux dentitions dans leur vie, une dentition de poulain (dite déciduale) et une dentition d’adulte (dite définitive). Les dernières dents de lait ont fini de pousser vers 8 mois. Seules les incisives et les prémolaires ont des dents déciduales avant les dents d’adultes. Ces dents sont remplacées par les dents définitives à partir de 2 ans ½ et les chevaux ont une mâchoire d’adulte vers 5 ans.

 

Le nivellement dentaire

 

Un cheval en liberté passe une majorité de son temps à brouter, il use ainsi ses dents avec les minéraux du sol, ce qui ne se produit pas chez un cheval en box. Ainsi, chez ce dernier, comme le processus naturel de mastication est déréglé, des anomalies apparaissent surtout au niveau des prémolaires et des molaires sous la forme de surdents.

 

Le soin le plus basique à réaliser sur tous les chevaux est le nivellement des surdents. Les surdents sont de petites pointes acérées qui poussent en face externe contre la joue sur la mâchoire supérieure et en face interne contre la langue sur la mâchoire inférieure. Ces surdents poussent chez tous les chevaux et entraînent, à terme des ulcérations douloureuses des joues et de la langue.

 

Le nivellement dentaire consiste donc à éliminer toutes les pointes grâce à une râpe électrique en pratiquant éventuellement une légère tranquillisation.

 

Quels sont les signes d’alerte de présence de surdents ?

·       défense au mors

·       lenteur anormale de la prise d’aliment ou perte du bol alimentaire,

·       écoulement anormal de salive,

·       grincements de dents, tics, blessures à la commissure des lèvres,

·       amaigrissement ...

 

A quelle fréquence doit-on vérifier la bouche d’un cheval ?

Chez le jeune (entre 2 et 5ans), une visite annuelle est conseillée afin de suivre l’évolution des dents de lait et de pouvoir corriger un défaut de dentition éventuel. Il faut au moins un examen avant le débourrage.

 

Chez les chevaux adultes, la vérification doit se faire tous les 1 à 2 ans. Un nivellement est généralement nécessaire tous les 2 ans en moyenne.

 

En revanche, les chevaux âgés ont un risque augmenté de problème dentaire et il est important de suivre la dentition régulièrement afin de maintenir des tables dentaires bien planes jusqu'à un âge avancé. Après 20 ans, ils peuvent présenter une usure excessive des molaires et avoir des difficultés à mastiquer, il est alors important d’adapter leur alimentation. Toute dent manquante, usée ou cassée entraine une croissance excessive de la dent opposée par défaut de contact, ces surdents volumineuses doivent être râpées régulièrement.

 

Les dents de loup

 

L'exérèse de petites dents surnuméraires appelées "dents de loup" pour la mâchoire supérieure et "dents de cochon" pour la mâchoire inférieure fait également partie des soins réalisés en routine. Ces petites dents peuvent être très gênantes pour le cheval au travail et entraînées des réactions de défense.

 

Les affections dentaires

 

·       Les caries :

Assez rares, rencontrées plutôt chez les vieux chevaux, elles atteignent rarement les incisives.

Elles peuvent provoquer un gonflement au niveau de la bouche, une douleur au niveau de la dent et un écoulement nasal nauséabond.

Le traitement est l’extraction de la dent atteinte.

 

·       Les abcès dentaires :

Les infections des racines dentaires peuvent générer des déformations douloureuses et des points de suppuration en regard de l’os de la ganache, ou du chanfrein. Les racines des molaires supérieures sont contenues dans les sinus, et leur infection peut être en cause dans l’apparition d’une sinusite qui se manifeste par un jetage nasal unilatéral nauséabond, une déformation du chanfrein ou du front, un larmoiement persistant. Un traitement médicamenteux peut parfois permettre de résoudre les cas décelés précocement mais en cas de persistance de l’infection, une intervention chirurgicale est nécessaire afin d’extraire la dent en cause.

 

·       Le tartre :

Il se dépose surtout autour des canines et des incisives et contrairement à d’autres espèces (chien, chat), il n’entraîne que peu de conséquences.